Le plus petit festival au monde

Festival de Niafrang

Festival de Niafrang

Le programme du festival

Programme du festival de Niafrang

Arrivée de l’équipe technique, enceintes, projecteurs de chantier et groupe électrogène. Il n’y a pas d’électricité dans le village, ni d’eau courante.

Arrivée des musiciens

Chaque jour, une équipe prépare le repas pour une centaine de personnes, villageois inclus.

Daoda, notre chauffeur fait des va-et-vient incessants entre la Gambie et Niafrang. Un repos bien mérité.

Avant le démarrage du festival, les vieux sages des villages voisins se regroupent pour discuter des évènements à venir.

De leur coté, les femmes se font belles pour l’ouverture du festival.

Festival de Niafrang

Le maitre de cérémonie est fin prêt.

Sur 4 jours de festival se succèderont groupes de musique folklores, troupes de danse, rappeurs, défilés de mode et beaucoup de chanteurs play-back.

Le samedi c’est lutte et ça vaut le détour. Arrivée des lutteurs.

Je prends le portrait de ce jeune homme sans savoir que dans quelques heures c’est lui qui encensera le public avec ses commentaires des combats de lutte. Pendant près de deux heures, il ne cesse de parler en relais avec son acolyte. Phénoménal!

Les lutteurs se déversent sur le corps des bidons entiers d’un truc qui pue la mort! Je suis en apnée.

Le festival de Niafrang est sans doute le plus petit festival au monde. Lorsque je rencontre Keba, il sort son téléphone de la poche et me montre tout enthousiasmé les photos de la première édition du festival. Festival? On dirait plutôt une fête de village. Mal éclairé, sur une estrade de terre. Difficile de se projeter mais c’est justement là qu’est le défi. Avec de belles photos le festival prendra en envergure et potentiellement sera en mesure d’attirer de grosses têtes d’affiche. Tout est possible au Sénégal.

Le festival est le fruit de l’imagination d’un homme. Keba, fils du pays, vit aujourd’hui en Angleterre. De là-bas il gère tout. Le festival ayant lieu tous les deux ans, cela lui donne le temps d’organiser les choses tranquillement. Malgré tout, le manque de fonds rend la tâche ardue. C’est sa foi dans le projet et l’impact positif de ces quelques jours de fête qui motive Keba.

L’année prochaine on y retourne. Peut-être pour un film cette fois… Comme on dit en anglais: “watch this space”.

Le très inspiré Keba.